Valérie Pécresse : « Marine Le Pen ment aux Français »

Tous les jours sur Miam, la rédaction revient sur les interviews des matinales radio. Aujourd’hui, Valérie Pécresse était l’invitée d’Elizabeth Martichoux (RTL) tandis que Gaël Perdriau répondait aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Gaël Perdriau raconte la rencontre des maires avec Macron à l’Élysée

Ce matin sur RMC, Jean-Jacques Bourdin recevait Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne. L’élu Les Républicains faisait partie des maires invités hier soir à l’Élysée par le Président. L’occasion de débriefer la rencontre avec le journaliste et de comprendre la politique de la ville du gouvernement.

Les maires attendent le discours du président de la République, Emmanuel Macron, mercredi à l’Elysée / Thibault Camus / AFP

Interrogé sur les hausses des prix des carburants, Perdriau ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet. Pour lui, « le pire est à venir », faisant référence à la suppression de la taxe d’habitation. Il s’agit là d’un cadeau fiscal de 26 milliards d’euros, « mais avec quel argent ? » interroge le Maire. Comment compenser ce « cadeau » ? L’hypothèse du déficit public qui augmente est pour Gaël Perdriau la plus probable.

Toutefois, il tient à modérer son point de vue. S’il s’agissait d’un « impôt injuste », le Président prend la décision de le supprimer à cause d’un « manque de courage » des gouvernements précédents.

Les compteurs à zéro mais des efforts demandés

Le maire de Saint-Etienne faisait hier soir partie des 2000 maires à l’Élysée pour rencontrer Emmanuel Macron. Résultat : « Il a essayé de remettre les compteurs à zéro pour repartir sur de bonnes bases. » Malgré un bilan positif de cet « espace de dialogue », Gaël Perdriau déplore un manque de réponses concrètes. En tant que Maire, le ressenti est que les collectivités ont de plus en plus de charges tandis que l’État ne donne aucun moyen.

« Il donne des leçons qu’il n’applique pas à lui-même. » La question du partage des responsabilités reste un sujet sensible pour les élus locaux. « Les économies, nous les avons faites » rappelle le Maire, soulignant que Saint-Etienne a réussi ce pari sans hausse d’impôts. Emmanuel Macron a ouvert le dialogue, certes, mais « il demande des efforts (…) aux collectivités locales et aux Français. »

Le plan mobilité n’a toujours pas été annoncé déplore Perdriau : « ça fait un an qu’on attend. » Une occasion de finalement s’exprimer sur les hausses des prix sur le carburant. 4 milliards de gain, mais « seulement 500 millions vont servir à travailler sur cette transition écologique. » Le maire de Saint-Etienne attend de ce plan un réel programme pour repenser les déplacements en ville.

Valérie Pécresse très offensive sur RTL

Ce matin, Valérie Pécresse était invité chez RTL. La présidente de la région Île-de-France répondait aux questions d’Elizabeth Martichoux.

Un plan Grand Froid pour les femmes mais des réserves sur la PMA

Comme chaque année, Valérie Pécresse annonçait le lancement de son plan « Grand Froid ». Néanmoins, cette année, Pécresse tenait à « pousser un cri d’alarme ». 

En Île-de-France, elle « s’aperçoit d’un phénomène grandissant d’ultra-précarité qui sont les femmes à la rue ». Afin de lutter contre ce fléau, la région lance « un dispositif spécifique » pour ces femmes qui se cachent, « se rendent invisible ». Ce dispositif visera donc à suivre avec une attention toute particulière ces femmes au niveau de leur santé ou encore de la prise en charge de leurs enfants. « Je ne peux pas laisser des femmes avec des enfants dehors cette hiver »

« Nous voulons réussir la sortie de ces femmes à la rue ». Néanmoins, ce dispositif se couplera également du plan mis en place habituellement en Île-de-France. 

Si Pécresse soutient les femmes dans la rue, ses doutes sur la PMA sont toujours d’actualité. Il ne faut pas balayer d’un revers de main « les graves problèmes éthiques que pose la PMA ». « Il y’a de vrais risques de dérives ». 

Néanmoins. elle condamne les propos qu’avait tenu Laurent Wauquiez dont la comparaison avec le nazisme est « choquante et inacceptable ». Sur ce sujet, « il faut toujours faire preuve de respect ».

Pécresse s’attaque à Jean Lasalle, à Marine Le Pen et au gouvernement

 Face aux gilets jaunes, Valérie Pécresse est « inquiète pour l’ordre ». Toutefois, elle souligne au Président que « refuser le désordre, ce n’est pas refuser d’écouter ».  À l’écoute de « ce cri de colère fiscal », Pécresse souhaite « renoncer aux hausses de taxes ». 

Mais selon la présidente de la région, ce mouvement est avant tout une contestation de la hausse des impôts. « Ce qui est en cause, c’est le consentement des Français à l’impôt ». Ainsi, elle demande au gouvernement de « changer de cap fiscal ». « On est au pied du mur ». Championne du monde de foot, la France est aussi « championne du monde de cette dépense inefficace » estime Pécresse. Elle ajoute ; « l’overdose fiscale, c’est une perte de liberté, c’est une perte de dignité ». 

Si Valérie Pécresse « comprend la souffrance des gilets jaunes », elle n’admet pas « que des forces bloquent » le pays. « Jamais je ne cautionnerai aucun blocage ». 

Elle s’attarde également sur la récupération politique que subi le mouvement. Selon la présidente d’Île-de-France, Lasalle « fait parler de lui »lorsqu’il enfile son gilet jaune en pleine Assemblée. « Les gilets jaunes n’attendent pas de lui de la récupération politique ». À l’inverse, les Français attendent de réelles solutions concrètes. 

Pécresse s’attaque également au RN et à son hypocrisie. « Marine Le Pen ment aux Français ». Son parti prône la retraite à 60 ans mais promet également la baisse des impôts. Fiscalement impossible selon la présidente de la région. « Le RN n’a pas de honte ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *