Premier League : Bilan après 8 journées

On a du mal à croire que la Premier League a commencé il y a déjà huit semaines outre Manche, tant le spectacle est intense et passionnant chaque week-end. Bientôt un quart de la saison écoulé et déjà des enseignements importants à tirer. Où en sont les clubs du Big 6 ? Qui ira chercher la qualification en Europa League ? Comment s’en sortent les promus ? Voici des questions auxquelles nous pouvons partiellement répondre aujourd’hui.

Manchester City et Liverpool favoris

Après avoir surclassé l’édition 2017/2018 de la Premier League, Manchester City a logiquement débuté cette saison avec le statut de favori. Malgré une seule arrivée notoire lors du mercato estival (l’Algérien Riyad Mahrez en provenance de Leicester pour 68 millions d’euros), le club dispose d’un effectif extrêmement fourni et solide. Les joueurs de Pep Guardiola l’ont d’ailleurs montré sur le terrain. Les Citizens sont invaincus en championnat (6 victoires et 2 nuls) et possèdent la meilleure attaque du championnat avec 23 buts marqués, moyennant presque trois buts par match. Seule ombre au tableau : la blessure en début de saison de leur maître à jouer Kevin De Bruyne, absent depuis plusieurs mois.

Mais la tête du championnat est partagée avec un autre club du nord de l’Angleterre. Non, pas Manchester United, mais bien Liverpool. Les Reds sont sur la lancée de leur incroyable parcours la saison passée en Champions League (finale perdue contre le Real Madrid) et sont même plus forts. En effet, l’effectif s’est renforcé à l’intersaison avec la venue d’un gardien de classe mondiale, Alisson Becker, l’international brésilien acheté 75 millions d’euros à l’AS Roma. Mais aussi avec la pépite du milieu du Red Bull Leipzig : Naby Keita.

Leurs six premiers matchs leurs offrent un sans-faute. Liverpool était une machine de guerre, les Parisiens pourront en témoigner, mais la fin du mois de septembre peut laisser quelque peu perplexe. Les hommes de Jürgen Klopp restent sur deux matchs nuls, et surtout quatre matchs sans victoire, toutes compétitions confondues. À cela s’ajoute la « méforme » de Mohamed Salah qui n’arrive pas encore à reproduire ses exploits de la saison dernière.

Chelsea et Hazard au contact

Qui aurait cru que l’équipe londonienne ultra défensive et sans ambition de jeu de l’année dernière se transformerait, en l’espace d’un été, en un plaisant prétendant au titre ? Et pourtant c’est bien vrai. L’arrivée du manager Maurizio Sarri à la tête des Blues a métamorphosé l’équipe, et cela grâce à sa philosophie de jeu semblable à celle qu’il avait mise en place à Naples.

Tout d’abord, il a emporté dans ses valises son maestro du milieu de terrain Jorginho. Il apporte une stabilité technique et tactique à l’équipe et est complètement complémentaire avec Mateo Kovacic (prêté par le Real Madrid) et Ngolo Kanté. Sarri a également rétabli une défense à quatre avec David Luiz et Antonio Rüdiger en charnière centrale. Ce qui a porté ses fruits puisque Chelsea n’a encaissé que cinq buts cette saison. Cinq, dont quatre clean sheets pour le gardien le plus cher du monde Kepa Arrizabalaga.

Les Blues ont ce bilan ultra positif en partie grâce à leur pépite belge Eden Hazard, qu’on annonçait au Real Madrid cet été. L’attaquant des Diables Rouges est actuellement le meilleur buteur de Premier League avec sept buts. Outre son côté buteur, il est dans une forme éblouissante qui pousse son équipe vers les sommets du championnat.

Arsenal et Tottenham en embuscade

On attendait « l’effet Emery » en début de saison mais il a fallu trois matchs au Gunners pour enfin prendre des points. A leur décharge, Arsenal affrontait Manchester City et Chelsea lors des deux premières journées. Ils ont été surclassés par les Citizens et ont montré des signes encourageants face aux Blues.

Depuis : six victoires de rang. De quoi donner aux fans des espoirs de titre tant recherché durant la période Wenger et sa longue disette. Leur retour en forme va de paire avec celui d’Alexandre Lacazette. L’attaquant français compte quatre buts à son compteur et s’est montré impressionnant contre Fulham dimanche dernier.

Du côté de Tottenham, c’est toujours une histoire d’irrégularité. Les Spurs n’arrivent pas à être solides pendant 90 minutes et enchaîner les bonnes prestations. Leurs deux défaites d’affilée contre Watford et Liverpool en ont été l’illustration. Les hommes de Mauricio Pochettino sont souvent à court d’idées comme s’ils étaient empruntés physiquement. A l’image de leur serial buteur Harry Kane, pas à son niveau dans le jeu et dans le dernier geste. Toutefois, les Spurs sont toujours bien placés au classement et des contre performances des leaders pourraient leur être profitable.

Manchester United décevant au bord de la crise

La situation actuelle est-elle surprenante ? Pas vraiment. C’est plutôt symptomatique de la gestion du club ces dernières années, notamment depuis l’arrivée du tacticien portugais Jose Mourinho. La saison dernière, les fans reprochaient à leur équipe d’être fade, de ne produire aucun jeu par rapport au niveau et au coût de leur onze de départ. Cette année, le même problème persiste.

À cela s’ajoute une fracture dans le vestiaire entre les joueurs et leur manager. En particulier, des joueurs comme Anthony Martial ou Paul Pogba que « le Mou » ne porte pas dans son cœur. Paradoxalement ce sont eux qui lui ont « sauvé la tête » samedi dernier lorsque les Manchuniens étaient menés 2 à 0 à domicile après 10 minutes de jeu face à Newcastlle (victoire finale 3-2). Les Reds Devils pointent à la huitième place au classement et comptent sept points de retard sur les leaders.

Les promus : Wolverhampton répond présent, Fulham et Cardiff à la peine

C’était le feuilleton de l’été : l’incroyable mercato estival de Wolverhampton. Le club entraîné par Nuno Espirito Santo et promu de Championship a vu l’arrivée de nombreux joueurs prestigieux provenant en majorité du Portugal (suite à un scandale au Sporting). On peut citer des joueurs comme le gardien champion d’Europe portugais Rui Patricio ou l’ex milieu de terrain de l’AS Monaco Joao Moutinho. Toutefois, cette équipe hybride a répondu présente en allant chercher le nul face à Manchester City et en se hissant à la septième place du classement.

L’histoire n’est pas tout aussi facile pour les deux autres promus Cardiff et Fulham. Le club gallois est dernier de Premier League avec seulement deux petits points. Cependant, ils ont déjà dû affronter quatre des six membres du Big 6.

Fulham, quant à eux, remontaient en Premier League pleins d’ambitions. Les Londoniens se sont offert de grands noms en Europe comme André Shürrle, Mitrovic, Sergio Rico ou Zambo Anguissa (en provenance de Marseille pour 30 millions d’euros). Pourtant, Fulham est à ce jour dix-septième du classement avec la plus mauvaise défense du championnat (21 buts encaissés), et a essuyé un inquiétant revers 5 à 1 contre Arsenal lors de la huitième journée.

Cette saison a donc bel et bien commencé sur les chapeaux de roue même si le verdict est encore loin d’être donné. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *