François Hollande, Julie Gayet et les (très) gros contrats indiens

La compagne de l’ancien Président Julie Gayet pourrait avoir servi pour trouver un partenaire indien à Dassault lors de la vente de Rafale en 2016.

En décembre 2017 est sorti Tout là-haut, film avec Kev Adams à l’affiche dans le rôle de Scott Ferret, snowboarder qui tentera de descendre en snowboard un couloir de l’Everest et y perdra la vie. Ce film s’est révélé un succès commercial en réalisant un peu plus de 300 000 entrées.

Le 24 janvier 2016, près de deux ans avant la sortie du film, François Hollande arrivait à New Delhi. Durant son voyage de trois jours, les chefs d’État français et indien signent un mémorandum d’entente (MoU) concernant la vente d’avions Dassault. 36 avions Rafale sont finalement vendus à l’Inde.

Un avion Rafale de Dassault Aviation

Le même jour, Anil Ambani, président du conseil d’administration du conglomérat Reliance, publie un communiqué pour faire savoir qu’un partenariat avait été trouvé entre la branche divertissement du groupe (Reliance Entertainment), Rouge International et My Family.

Rouge International, la société de production de Julie Gayet, et My Family, celle de Kev Adams, vedette du film, cherchaient un partenaire pour cofinancer le long-métrage de Serge Hazanavicius.

Avec une participation de 1,6 millions d’euros pour un budget total de production de 10 millions d’euros, la présence de Reliance était indispensable. Le film a été projeté dans les salles de neuf pays, mais pas en Inde.

Un conflit d’intérêt au cœur de l’affaire

La question soulevée par Mediapart, qui a révélé l’affaire, est celle d’un possible conflit d’intérêt, mêlant les affaires privées de l’ex-Président et de sa compagne Julie Gayet à celles de l’État français.

Quel est l’intérêt pour Reliance, groupe indien d’envergure, de coproduire un film français qui ne sortira pas en salles en Inde ?

Le 21 septembre, l’ancien chef de l’État a affirmé à l’AFP que la France n’a pas eu son mot à dire dans le choix du partenaire indien de Dassault. Seul le groupe industriel français serait capable de répondre sur ces questions. François Hollande a également affirmé que l’apparition du groupe indien dans le contrat faisait partie d’une « nouvelle formule » décidée par le gouvernement de Narendra Modi.

De son côté, le gouvernement indien de Modi affirme que l’accord commercial entre Reliance et Dassault était un contrat entre deux parties privées, niant une quelconque ingérence du gouvernement.

Le pouvoir indien dans la tourmente

Toutefois, la déclaration de l’ancien Président français a fait beaucoup de bruit en Inde, et l’opposition s’en est saisie pour demander la démission du Premier ministre, accusé de ce fait de « favoritisme » et de « corruption ».

L’opposition indienne – et notamment Rahul Gandhi, député d’opposition et président du Parti du Congrès – a déjà reproché au Premier ministre le choix de Reliance plutôt que le groupe public expérimenté Hindustan Aeronautics Limited (HAL), géant de l’industrie en Inde.

François Hollande et le Premier ministre indien Narendra Modi

Alors que la vente des 36 appareils est estimée à 7,87 milliards d’euros, le gouvernement, manquant de transparence, est accusé de l’avoir surpayée.

Le contrat de Rafale représentait le premier contrat majeur de la branche Défense du groupe Reliance (Reliance Defence). Il lui a permis de s’imposer comme une force industrielle majeure dans les questions politiques de Défense.

Dassault affirme le choix de Reliance

Du côté français, les principaux intéressés se sont empressés de démentir tout conflit d’intérêt suite aux révélations de Mediapart. Dassault Aviation a publié un communiqué de presse le 21 septembre dernier, assumant le choix de Reliance et mettant François Hollande hors de cause. « Dassault Aviation a décidé de conclure un partenariat avec le groupe indien Reliance. Cette décision est le choix de Dassault Aviation. »

François Hollande et sa compagne Julie Gayet

Dans un communiqué transmis à Courrier international, Julie Gayet a pour sa part démenti toute relation entre sa société de production Rouge International et Reliance. La compagne de François Hollande affirme que le groupe indien a interagi avec My Family, la société de production de Kev Adams, principal producteur du film, et que « Rouge International n’a pas de relation avec Reliance Entertainment et n’en a jamais eu. Reliance Entertainment n’a jamais investi dans la société Rouge International, ni dans le passé ni dans le présent et il n’y a jamais eu de relations d’affaires entre les deux sociétés. »

De son côté, Reliance Entertainment a souhaité confirmer dans un communiqué que l’entreprise a participé à hauteur d’1,48 millions d’euros à la production de Tout Là-Haut.La transaction s’est faite via Visvires Capital le 5 décembre 2017, une entreprise familière au groupe indien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *