Football Leaks : carton rouge pour le PSG

Le royaume du foot est à nouveau dans la tourmente après la plus grande fuite d’environ 70 millions de documents confidentiels de l’histoire du football. Des grands clubs européens ainsi que les instances et des dirigeants sont impliqués.

A l’origine de cette enquête : le journal allemand, Der Spiegel, qui a partagé les documents avec ses quatorze partenaires du groupe European Investigative Collaborations (EIC) dont Médiapart et Envoyé Spécial en France. Le club parisien, le Paris-Saint-Germain, est au cœur des révélations. En cause, un fichage ethnique, mais aussi des questions financières autour des transferts de Neymar ou Mbappé.

Le scandale du fichage ethnique

L’existence au sein du club d’un système de fichage ethnique en a fait frémir plus d’un. Sur la base des Football Leaks, Médiapart et Envoyé Spécial ont amorcé une longue enquête qui a permis de révéler qu’à partir de 2013 et jusqu’au Printemps 2018, le PSG a mis en place un fichage discriminatoire. Lors des recrutements, les jeunes joueurs étaient classés selon leur origine ethnique. Dans les formulaires utilisés par les recruteurs, une case mentionnait « Français », « Maghrébin », « Afrique Noire » ou « Antillais ». Rappelons que ce type de classement ethnique est strictement interdit par la loi en France.

Exemple de formulaire de recrutement / Capture écran du reportage d’Envoyé Spécial diffusé le jeudi 8 Novembre

Médiapart fait également état d’un rapport interne d’une réunion en Mars 2014 au cours de laquelle Marc Westerloppe (haut responsable de la cellule de recrutement à l’époque) déclare qu’« il y a un problème sur l’orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d’Antillais et d’Africains sur Paris ».

Malgré l’indignation de certains des autres membres présents à la réunion, il poursuit.

« Si le recrutement a été ouvert au national, c’est dommage de retrouver les mêmes profils qui sont déjà sur Paris, c’est une demande de la direction. »

En Juin, le Directeur Général, Jean-Claude Blanc, est informé des propos « pénalement répréhensibles » tenus par Westerloppe qui « justifient un licenciement pour faute grave » selon Médiapart. Il n’en sera rien. Au contraire, le club n’exerce aucune sanction contre Marc Westerloppe par crainte que l’existence de ce fichier ne soit découverte. Selon Céline Peliter (DRH) « Olivier Létang (le directeur sportif) aurait tenu des propos identiques lors de différentes réunions ».

Détournement de la règle du fair-play financier

Ne pas respecter les règles du jeu pour un club de football, c’est le comble. Et Pourtant. Début Novembre, les Football Leaks avaient exposé la fraude de plusieurs clubs concernant les règles du fair-play financier.

En 2010, en raison d’une « éthique sportive », l’UEFA avait adopté la réforme du fair-play financier (FPF). Elle stipule qu’un club engagé en compétition européenne n’a pas le droit de dépenser plus que ce qu’il génère en revenus. Les sanctions peuvent aller du blâme à l’exclusion des compétitions.

Centre de formation du PSG

 

Monaco, le PSG et Manchester City sont pointés du doigt. En 2014, afin de contourner les règles du fair-play financier, Monaco aurait tenté de maquiller des dons en revenus de sponsoring via une compagnie offshore passant par Hongkong et les îles Vierges britanniques. Le système de fraude est simple : faire gonfler les recettes pour pouvoir dépenser plus. Exemple avec le club de Manchester City, propriété des Émirats arabes unis. Abou Dhabi aurait ainsi « apporté la somme hallucinante de 2,7 milliards d’euros au club en sept ans, grâce à son actionnaire et à des contrats de sponsoring surévalués ». Le PSG serait coupable du même délit.

Médiapart ajoute que cette fraude s’est faite avec la complaisance de l’UEFA et de ses dirigeants de l’époque (Michel Platini et Gianni Infantino).

Les transferts de Neymar et Mbappé dans le viseur

L’enquête a aussi mis au jour de nouvelles informations sur l’arrivée de Neymar et Mbappé à Paris. Le FC Barcelone ne serait pas le seul à avoir récolté les fruits du transfert de Neymar. En plus des 222 millions officiels, le PSG aurait également prévu un paiement par échéances de 21,4 millions d’euros de commissions aux représentants du joueur brésilien : son père, Neymar Senior et son agent, Pini Zahavi.

De Neymar à Mbappé, les révélations ne cessent de tomber. Concernant le transfert de ce dernier, Médiapart révèle que l’argent du transfert record de plus de 180 millions d’euros n’a pas été perçu par l’AS Monaco mais son propriétaire, le russe Dmitri Rybolovlev. A ce sujet, Médiapart écrit :

« Le 17 novembre 2017, le directeur financier du club écrit qu’il est prévu que les versements du PSG concernant l’indemnité de transfert fixe de 145 millions iront presque intégralement dans la poche du propriétaire. »

L’AS Monaco a très rapidement démenti ces révélations dans un communiqué officiel publié sur son site internet.

Des clauses secrètes?

Clause personnelle

L’enquête rapporte l’existence de clauses secrètes inscrites dans les contrats des joueurs. Mbappé aurait obtenu du PSG des avantages inédits lors de la signature de contrat : 5 millions d’euros de primes à la signature, 30.000 euros mensuels de cagnotte (loyer, personnels…) et la présence de son père et agent Wilfried aux entraînements du club.

LP / Arnaud Journois

Autre exemple : selon Envoyé Spécial, Neymar aurait pour obligation de répondre à toute interview du groupe Al Jazeera, propriété du Qatar.

Clause éthique

L’existence de clauses communes est aussi en cause. Envoyé Spécial met en avant la clause éthique à laquelle tous les joueurs sont soumis. Elle stipule, entre autres, l’obligation de saluer le public avant et après le match. Ces primes varient de 33.000 euros à 375.000 net par mois pour Neymar. Autrement dit, tous les mouvements des joueurs sont rémunérés et même le plus simple d’entre eux : le remerciement aux spectateurs.

Clause sur la prise en charge des impôts

Autre révélation des Football Leaks : le club parisien prendrait en charge les impôts de certains joueurs. Lors de son transfert, Neymar a négocié un salaire déchargé de toutes les cotisations sociales et des impôts sur le revenu. Un salaire dit « net-net ». L’attaquant perçoit donc 30 millions d’euros par an mais coûte en réalité 54,7 millions d’euros au PSG, charges et impôts compris.

Neymar ne serait pas le seul concerné par ce paiement d’impôts par procuration. Mbappé, Di Maria, Meunier, Marquinhos, Verratti ou encore Thiago Silva bénéficieraient des mêmes faveurs. Cette exemption d’impôts aurait déjà été appliquée avec des anciens joueurs ou entraîneurs : Ibrahimovic, Matuidi, Emery…

Et le club ne s’arrête pas là. L’enquête a permis de révéler l’existence d’une clause dans les contrats de plusieurs joueurs qui stipule qu’en cas de redressement fiscal, le « club prendrait en charge » les impôts supplémentaires.

Mbappé a tenu à revenir sur ces révélations et a expliqué à France Info :

« Je tiens à préciser que je paie tous mes impôts en France, sur tous mes revenus », a-t-il assuré. Ce qui me fait un peu rire, c’est que “Mediapart” dénonce les irrégularités dans le football, sauf que tout ce que j’ai fait est en règle. Donc je ne comprends pas. »

Les réactions

Depuis ces révélations, le PSG a confirmé qu’une « enquête interne » était en cours. De son côté, Marc Westerloppe a contesté avoir tenu de tels propos concernant la sélection ethnique.

Thomas Tuchel, l’entraîneur du PSG n’a pas souhaité réagir à la polémique et a déclaré :

« Je n’ai pas vu le reportage. J’écoute beaucoup de choses. Pour moi, ce n’est pas un sujet avec l’équipe ni avec mon staff. Honnêtement, je suis ici pour faire l’entraînement et manager un groupe et mon staff. On doit préparer notre match contre Monaco. Ça ne nous influence pas. »

Thomas Tuchel, entraîneur du PSG / AP

Ce n’est pas le cas de nombreuses associations. La Ligue des droits de l’Homme ainsi que le Conseil Représentatif des associations noires de France (Cran) ont porté plainte pour discrimination. Le Cran demande également la démission du directeur général Jean-Claude Blanc et le licenciement au stade Rennais de Marc Westerloppe. Enfin, la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) a également réagi évoquant des faits « très graves ».

Dans un communiqué, la Fédération français de football (FFF) a annoncé vendredi avoir saisi le Conseil National de l’Ethique. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a fait part de son côté de sa « consternation » face à l’affaire du fichage ethnique.

Également accusé d’avoir fabriqué des emplois de complaisance, le PSG n’en a sûrement pas fini avec les Football leaks qui lèvent le voile sur les coulisses et les méthodes du premier club français. Rêvons plus grand mais à quel prix ?

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *