Fashion Awards : Qu’attendre de l’édition 2018 ?

Une fois par an, aux alentours du mois de Décembre, se déroulent les Fashion Awards. Cette cérémonie britannique qui récompense ceux qui ont fait l’année mode au niveau international. Focus sur les nommés. 

Le 10 décembre prochain, une foule de designers internationaux, de modèles et de journalistes se retrouveront au Royal Albert Hall de Londres. Ce sera pour eux l’heure du bilan pour la scène mode en l’an de grâce, 2018. 50 nommés se partagent chacune des dix catégories.

 

Surprises ?

Pas d’immenses surprises cette année, mais quelques choix étonnants et des absences remarquées. En effet, on notera l’absence de Louis Vuitton dans l’une des catégories phares : marque de l’année. Au profit de Burberry qui a certes livré des collections remarquées en cette année 2018, mais dont la présence peut interroger, car critiquée par certains pour un manque prononcé d’avant-gardisme. Contrairement à Dior, par exemple, autre grand absent de la catégorie. Louis Vuitton, récemment au cœur des discussions de la planète mode avec la nomination de Virgil Abloh comme directeur créatif de l’Homme, a peut-être manqué de matière concrète pour juger. Ce qui ne sera sans doute plus le cas au classement 2019, où la maison française devrait logiquement figurer en pole position.

Fausses notes ? 

Premièrement, et ce sera là notre reproche principal, nous aurions préféré une catégorie à part entière pour LA designeuse de l’année. Si l’on peut en effet louer le fait qu’hommes et femmes soient mixés à ce niveau là, la non-égalité de la représentation (quatre hommes pour une seule femme) nous ferait plutôt pencher du côté de deux catégories distinctes, qui plus est dans la société de 2018. Si l’on suit cette logique, on pourrait également demander une catégorie supplémentaire pour le meilleur modèle homme de l’année. 

Il est surprenant de la part du jury d’avoir nommé Samuel Ross dans la catégorie du talent émergent britannique, étant donné son passif déjà chargé dans le monde de la mode. Et si nous nourrissons à son égard une affection particulière, il est vrai que sa présence étonne, tant sa carrière est déjà lancée. 

Enfin, dernier reproche, il est surprenant de qualifier Marine Serre « d’urban luxe« , alors que les créations de la jeune française transpirent souvent l’élégance et le chic. 

L’heure des pronos

Designer de l’année – Accessoires 

 

 

Rien que pour ce porte badge en cuir rétro à souhait : Muccia Prada

 

 

 

Marque de l’année 

Cette année, après le choc de l’année dernière, la hype incommensurable Balenciaga nous a déçus. Et à dire vrai, Gucci fit de même pour 2018. Si certaines pièces valent évidemment le détour, il demeure cependant chez nous un sentiment de déjà-vu. Et nous ne pouvons ôter de notre tête cette idée : Demna (Demna Gvasalia, directeur créatif chez Balenciaga, ndlr) fait du Demna et Alessandro (Michele, Gucci, ndlr) du Alessandro. Quant à l’idée d’avoir nommé Burberry, elle nous paraît sensée, mais peut-être légèrement prématurée.

En revanche, cette année, Off White surprend plus que d’ordinaire avec notamment une collection plus abordable. Une belle initiative, plusieurs pièces d’inspirations artistiques diverses, et de nombreuses collaborations dans des domaines variés. Bagages avec Rimowa, cosmétiques avec Byredo, meubles et textiles d’ameublement avec IKEA, etc. Cependant, malgré cette lancée encourageante, nos votes iraient davantage à la maison qui a selon nous le plus « innové », avec des pièces oversize, matelassées, retro et sportswear infusées du luxe à l’italienne, directement inspirés des archives de la marque, à la sauce néon 2018 : Prada.

Designer britannique de l’année – Menswear

En ce qui concerne la catégorie designer britannique de l’année menswear, une brochette de créateurs tous plus talentueux et en vogue les uns que les autres compose le panel des nommés. Il sera si difficile de faire un choix que nous n’aimerions vraiment pas être à la place du jury de professionnels. Cependant il faut bien choisir. Si notre cœur nous dicte sans aucune hésitation l’incroyable Craig Green, la logique nous dicterait plutôt : Kim Jones.

Designer britannique de l’année – Womenswear

Pour ses broderies fleuries, ses robes fluides qui volent au vent, ses silhouettes déstructurées, et le coup de jeune qu’elle souffle sur la mode actuelle : Simone Rocha. Sans oublier sa superbe et remarquée participation au programme Moncler Genius. Cependant, nous ne nous faisons que peu d’illusions quant au réseau puissant dont elle dispose et qui pourrait en toute logique la faire accéder au titre, si l’édition cette année choisit l’influence en lieu et place du mérite : Victoria Beckham.

Talent britannique émergent – Menswear

Si le jeune duo à la tête de Cottweiler est sans aucun doute l’un des plus prometteurs du moment, il nous semble néanmoins que leur année fut davantage 2017 que 2018. Contrairement à Kiko Kostadinov qui, après s’être illustré en solo et en collaboration avec Asics, a une nouvelle fois eu le nez creux, comme en témoigne le succès immédiat de sa ligne AFFIX.

En revanche pour nous, il ne fait aucun doute que la présence du créateur d’A-ĆOLD-WALL et de Concrete Objects dans la shortlist lui vaudra un triomphe dans la catégorie, nous parions donc sur : Samuel Ross.

 

Talent britannique émergent – Womenswear

Pour le coup nous pouvons miser ici sans trop de risque, tant Aries fut au centre de la planète mode cette année, avec d’autres certes, mais bien plus que les autres nommés dans cette catégorie. Sans risques donc : Sofia Prantera.

Prix du meilleur patron (« business leader »)

Avec la nomination de Virgil Abloh à la tête de la maison française Louis Vuitton, les prévisions de ventes ne se sont jamais aussi bien portées. Sans parler de l’influence et du succès critique en perspective. Le grand gagnant du mercato mode, et par conséquent le meilleur « business leader » devrait donc être : Michael Burke.

Créateur de l’année 

À ce niveau là, tout dépend. Tout dépend en effet de la ligne éditoriale du jury. Si on se base sur les créations et les pièces en tant que telles, la palme devrait pour nous revenir ex-æquo à Kim Jones et Pierpaolo Piccioli. D’un côté, le nouveau directeur créatif de Dior Homme brille par sa modernisation de la ligne, tout en hommage au passé, et en sobriété, avec des injections streetwear, bling bling, et pour avoir su s’entourer d’une équipe puissante de jeunes talents créatifs. De l’autre, le créateur italien de chez Valentino se démarque par un mélange des genres étonnant mais détonnant. On passe de poésie et lyrisme, comme en témoigne la récente collection co-signée avec Moncler, à hommage streetwear aux 90’s où la tendance est au look retro-sport. Et c’est cette capacité à passer de l’un à l’autre si aisément qui impressionne.

« Chez Pierpaolo Piccioli, on passe en un claquement de doigt de la poésie fleurie, au look retro sport hommage aux années 90. »

Cependant, il est vrai que l’homme qui a alimenté les discussions, les débats, les spéculations, en bref, qui a monopolisé l’attention des professionnels de la mode et du public en 2018, n’est autre que  le créateur d’Off White récemment nommé directeur artistique homme chez Louis Vuitton. Ainsi, le jury devra opter soit pour la création, soit pour la médiatisation et l’influence. Il y aura un choix à faire qui sera déterminant dans la nomination. Nous pensons, à titre personnel, qu’ils opteront pour la deuxième option. Nous voyons donc sacré meilleur créateur pour cette année 2018 : Virgil Abloh.

Modèle de l’année 

Adut Akech, pour sa grâce qui nous rappelle les supermodel des années 80. Adwoa Aboah pour sa façon de se jouer des codes. Bella Hadid, l’icône. Winnie Harlow pour sa personne qui est un hymne à la différence assumée. Mais pour son nombre pharaonique de défilés en dépit de son jeune âge, sa remarquable élégance, et le succès qu’elle rencontra en 2018 : Kaia Gerber.

 

 

Meilleure marque « Urban Luxe »

À notre sens, les deux seules marques qui correspondent à cette drôle d’appellation ici se trouvent être Alyx et Off White. Notre choix s’orientera donc vers l’une des deux, et logiquement il en sera de même pour le jury. Et malgré le franc succès rencontré par Off White, le fait que la griffe et son créateur soient déjà nommés à plusieurs reprises nous mènerait plutôt à penser que le choix pourrait s’orienter logiquement vers le label de Matthew M. Williams qui cette année a su prouver que le succès récent était mérité et les créations novatrices : 1017 ALYX 9SM

Rendez-vous le 10 décembre sur Miam pour les résultats.

 

📸 Dazed.com, Zimbio, AFP, Vogue, Highsnobiety, Instagram @avanope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *