Coupe du Monde de Volley 2018 : on fait le bilan

Alors que s’achève cette Coupe du Monde de volley par une finale entre la Pologne et le Brésil à Turin, refaisons un point sur ce 19ème championnat du monde masculin de volley-ball.

Le championnat a regroupé 66 équipes nationales venant du monde entier en Italie et en Bulgarie. Il s’est achevé sur une victoire significative de la Pologne face au Brésil, l’équipe aux trois titres consécutifs de champion du monde, avant que la Pologne ne leur prenne en 2014. Pour la seconde fois d’affilé, la Pologne remporte donc le titre de championne du monde de volley-ball masculin.

  • Premier tour de poule

La France, quant à elle, a réalisé un premier tour de poule mitigé. Malgré ses deux défaites contre les Pays-Bas et le Brésil, elle a su assurer son passage au deuxième tour grâce à trois victoires contre le Canada, l’Egypte et la Chine sans trop de difficultés. N’ayant obtenu qu’une troisième place dans sa première poule, la France s’est qualifiée pour le deuxième tour de poule face à l’Argentine, la Pologne et la Serbie.

  • Deuxième tour de poule

Handicapée par le niveau de ses adversaires et par le résultat de la poule précédente, la France n’a pas su surpasser la Serbie. Cela lui coûtera sa place au troisième tour de qualification. En effet, la seconde place de poule lui a été prise par la Serbie, ayant accumulé plus de points que la France grâce à ses quatre victoires en première phase de poule.

L’équipe de France de Volley a donc assisté le 23 septembre 2018 à un match entre la Pologne et la Serbie qui fut décisif pour son sort. Si la Serbie remportait le match, elle conservait la première place de poule tandis que la France conservait sa deuxième place et se qualifiait pour le troisième tour. La Serbie n’a cependant pas sû être à la hauteur de l’équipe de Pologne qui récupère la première place. La France est donc rétrogradée à la troisième place et expulsée de la suite du championnat.

  • Troisième tour de poule et phases finales

Ne réunissant ensuite plus que six équipes, le troisième tour de poule regroupait le Brésil, les Etats-Unis et la Russie dans une poule et la Pologne, la Serbie et l’Italie dans l’autre. Après quelques matchs, la Russie et l’Italie sont à leur tour éliminées du championnat. Ceci laissa place à deux demi-finales entre le Brésil et la Serbie d’un côté, et la Pologne et les Etats-Unis de l’autre. Après un match sans appel entre le Brésil et la Serbie (3-0) et un match bien plus serré entre la Pologne et les Etats-Unis (3-2), seuls le Brésil et la Pologne ont su se hisser jusqu’en finale, promettant une petite finale entre la Serbie et les Etats-Unis.

L’équipe polonaise championne du monde

Après un match plein de rebondissements, le score final de 3-1 a assuré aux Etats-Unis la troisième place du championnat. Quelques heures plus tard, la Pologne a confirmé et doublé son titre en marquant trois sets à zéro contre le Brésil, démuni face à un adversaire de taille. Pour la troisième fois de son histoire, la Pologne a su aller au bout du championnat du monde de volley-ball. Quant au Brésil, il s’est offert sa troisième médaille d’argent et les Etats-Unis repartant avec leur seconde médaille de bronze.

  • La réaction Française

Après un Championnat du Monde globalement beau, la France termine la course au rang de numéro sept mondial. Après avoir gagné ses deux derniers matchs, c’est avec beaucoup de tristesse et de déception que l’équipe de France est rentrée. Les premières réactions du coach français Laurent Tillie montrent sa frustration, malgré l’anticipation d’un tel résultat : « C’est dur, oui, mais on s’attendait à cette fin, c’est logique, il y avait une équipe, la Pologne, qui jouait sa qualification et une autre, la Serbie, qui ne jouait rien du tout. ».

L’entraîneur français Laurent Tillie

Celui-ci ne perd quand même pas espoir quant au futur de l’équipe de France. Il vise le podium pour les prochains championnats. Concernant un futur plus proche, il affirme : « L’année prochaine, les objectifs seront la qualification olympique et le Championnat d’Europe pour caler notre préparation ».  De beaux objectifs qu’on aimerait beaucoup voir l’équipe de France atteindre. Mais pour cela, il va encore falloir patienter une année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *