9 nuances de Ligue 1

Après 9 journées de Ligue 1 , il est grand temps de faire le point. Entre surprises, désillusions, révélations et rebondissements, on fait le tour et on analyse.

Paris roi

9 matchs, 9 victoires. Avec une moyenne de 3,5 buts par match (32 buts) le PSG, s’impose en roi absolu de la ligue 1.

Le club de la capitale semble intouchable, tant les joueurs rouges et bleus imposent leur supériorité chaque semaine, sur tous les terrains de France.

Avec son exploit à Manchester, Lyon se plaçait comme un potentiel challenger sur un match, mais rien n’y fit. Les 5 buts, dont 4 signés Mbappé, ont bien vite calmé les ardeurs lyonnaises. En championnat, le PSG a pour objectif de finir invaincu. Et avec les nouvelles valeurs du club de solidarité et combativité imposées par Tuchel, il va falloir se lever tôt pour bousculer le roi de son trône de France.

PSG fêtant sa victoire face à Lyon
/AFP/

Le Dauphin inattendu de la Ligue 1

Alors oui, seulement 9 matchs ont été joués. Oui, un seul petit quart de la saison n’est pour l’instant entamé. Mais qui imaginait, avec la saison catastrophique des Dogues l’an passé, un tel départ du club lillois ?

En effet, l’équipe de Christophe Galtier marche sur l’eau, à l’image d’un Nicolas Pépé tout simplement éblouissant depuis le début de la saison. L’arrivée de Jonathan Bamba a aussi apporté un vrai renfort à l’attaque de l’équipe, puisque l’ancien stéphanois a marqué 7 buts en 9 matchs, dont 2 contre son ancien club samedi dernier. Nicolas Pépé affichant les mêmes statistiques, le duo a inscrit 14 des 17 buts lillois marqués.

Lille affiche aussi une défense plutôt solide, puisque le club n’a pris que 7 buts. A titre de comparaison, l’OM, troisième et à 2 points de Lille, en a pris 16 ! L’arrivée de l’international portugais Fonte, combinée avec l’ancien et capitaine du club Soumaoro tient pour l’instant la baraque lilloise.

Seul point noir : Loïc Remy. L’attaquant arrivé cet été peine à s’imposer de nouveau en Ligue 1 et enchaine les prestations moyennes. L’ancien marseillais n’a d’ailleurs toujours pas marqué sous ses nouvelles couleurs. Mais le français de 31 ans n’a joué que 3 matchs, et nul doute qu’il va tout faire pour se mettre au niveau de ses compères d’attaque.

L’objectif des Dogues va donc être maintenant de maintenir cette bonne dynamique, et d’essayer de résister aux assauts des autres challengers.

Les olympiques : Entre fierté et déception

Commençons par l’Olympique de Marseille. Le club phocéen pointe à la troisième place et affiche pas mal de points positifs. Premier point : sa combattivité. Contre Rennes, les Marseillais ont rattrapé leur retard de 2 buts à la mi-temps pour obtenir le nul. Contre Monaco ou Strasbourg, ils ont arraché la victoire dans les dernières secondes. En bref, le club marseillais a affiché une force de caractère propre aux clubs et à ses valeurs.

De plus, Florian Thauvin et Dimitri Payet semblent être partis sur les mêmes bases que l’an passé. Le premier, à qui l’on reproche son absence dans les grands matchs, a marqué contre Lyon et Monaco. Il semble plus en jambe contre les « gros ». Le Réunionnais, lui, régale de son pied droit les pointes de l’OM chaque semaine.

Mais le terme « attaquant de pointe » fait tache à l’OM. En effet, le club olympien n’a toujours pas résolu son grand objectif du « champion’s project » : trouver un grand buteur. Mitroglou, Germain et N’Jie peinent à briller, et ne pèsent que 7 buts à eux trois en 9 matchs.

La défense de l’OM est aussi alarmante. Caleta-Car ne justifie pas les 19 millions d’euros mis sur lui cet été et a affiché un niveau catastrophique lors de ses deux prestations, avec même un carton rouge à la clé contre Lyon, le 23 octobre.

Les champions du monde, Rami et Mandanda, inquiètent aussi beaucoup en ce début de saison, et n’ont pas l’air d’être encore revenus d’un mondial où ils n’ont pourtant que très peu joué… Ajoutons à cela un Gustavo en perte de vitesse à son poste de défenseur central, et un Amavi qui enchaine les prestations affligeantes. On comprend alors pourquoi le club phocéen prend 1,7 but par match ! La seule satisfaction défensive parait être le jeune Kamara, 18 ans, sur qui les experts placent de très beaux espoirs dans un futur proche.

Le gardien phocéen

L’OM va devoir vite régler ses problèmes pour ne pas se faire rattraper et pouvoir entendre la musique de la ligue des champions au Vélodrome l’an prochain. Musique qui fait vibrer les lyonnais cette année, mais qui semble s’éloigner de plus en plus.

Car on le sait tous, le football est une science magique. Ce n’est pas parce qu’un club a battu le champion d’Angleterre chez lui qu’il ne peut pas pointer difficilement à la sixième place en Ligue 1. Et Lyon en est la preuve.

Avec 14 points (1,5 point pris en moyenne par match), Lyon réalise un mauvais début de saison en championnat. Battu contre Reims, Nice et le PSG, les gones sont dans la tourmente, malgré de (très) bonnes individualités.

Mendy, Ndombele et Aouar impressionnent. Le deuxième a d’ailleurs été appelé par Deschamps au prochain rassemblement en équipe de France. Fekir, Lopes et Denayer rassurent et affichent un très bon niveau en ce début de saison. Diop, Traoré, Cornet et Dembéle sont plus que corrects. Mais alors, quel est le problème ?

L’équipe semble être capable du pire, comme du meilleur, et c’est bien là le hic.

Les lyonnais sont beaucoup trop irréguliers et choisissent bien trop souvent leurs matchs, voire même leurs mi-temps. Le championnat de France, quoi qu’on en dise, est un championnat où la majeure partie des matchs se jouent au courage et à la combattivité. Le niveau technique étant, de manière générale, assez faible, l’impact physique et psychologique est déterminant, et Lyon n’étant pas tout le temps impliqué à 100%, se tire une énorme balle dans le pied.

La blessure de Fekir contre le PSG le 7 octobre ne va pas arranger les affaires du club lyonnais. Celui-ci va donc vite devoir montrer sa force de caractère pour remonter au classement.

Le naufrage Monégasque en Ligue 1

Et ce qui devait arriver, arriva. Mbappé, Silva, Fabinho, Bakayoko, Lemar et Mendy ne sont que les exemples d’une longue liste de joueurs ayant quitté le Rocher ces trois dernières années.

Et à force de vendre des joueurs sans les remplacer par des compétiteurs dignes de ce nom, on finit dix-huitième de Ligue 1 avec 6 points. Monaco affiche des lacunes dans tous les secteurs du jeu. Une défense fébrile et désorganisée, une attaque peu efficace et un milieu quasiment pas influent qui ne font pas les affaires du dernier club demi-finaliste en ligue des champions français.

L’attaquant colombien Falcao a d’ailleurs critiqué ouvertement le mercato de son club après la lourde défaite contre Dortmund en C1 le 3 octobre (3-0).

Le limogeage de Jardim semble maintenant acté, mais pas sûr que cela change quelque chose. L’entraineur portugais a toujours fait un excellent travail à Monaco jusque-là, et les problèmes ne semblent pas venir du management, mais bien des joueurs eux-mêmes.  Le nom de Thierry Henry revient fortement en ce moment, et si cela venait à se faire, il y aurait beaucoup à effectuer pour cet entraineur très peu expérimenté. Le meilleur buteur français de l’Histoire commencerait donc sa carrière d’entraineur par une belle galère.

Course à l’Europe et au maintien

Trois points. C’est ce qui sépare le 17éme (Reims) du 8éme (Toulouse). 3 petits points qui annoncent plusieurs luttes palpitantes.

Pour la Champions League, Monaco semble définitivement hors concours. Les olympiques jubilent donc, mais ils devront faire avec l’invité surprise : Lille. Marseille a tout de même une faible avance sur Lyon de 2 points, malgré la défaite au Groupama Stadium.

Pour l’Europa League, Rennes et Nice semblent avoir pris un léger retard sur Saint Etienne, Bordeaux et Montpellier. Mais nul doute que les équipes de Ben Arfa et de Balotelli seront de la course à la C3.

Guingamp paraît bien mal parti pour rester en ligue 1 l’an prochain, et la lutte entre Reims Caen Dijon et Nîmes s’annonce terrible puisque les quatre équipes sont au même nombre de points. Il faudra aussi surveiller Monaco si le club sort de sa mauvaise passe et remonte au classement, ou si le Rocher reste plus longtemps dans la zone rouge…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *